Comment rechercher une date de naissance en généalogie?

Lorsqu’on recherche un acte ancien, c’est qu’il n’a pas traversé les générations pour arriver, même un peu jauni, dans les documents plus ou moins éparpillés de ses descendants.  Le généalogiste qui part à sa recherche ne peut donc à priori connaître à l’avance les dates exactes qu’il doit rechercher. Il peut en avoir une idée approximative qu’il devra pondérer par de nombreux paramètres…..

Ci-dessous, voici le tableau que j’utilise et qui donne un ordre d’idée pour la recherche, mais ce n’est pas suffisant.

grille des naissance G30

1/ –  Chaque créneau de date doit donc être pondéré par un encadrement à + ou – 10 ans. Exemple : nous recherchons la grand-mère d’une personne née en 1927. Nous recherchons donc le n+2 du « de cujus ». Celui-ci étant né en 1927 nous prenons une moyenne entre 1925 et 1930. Nous émettons une première hypothèse à savoir que le n+2 doit être née autour des années 1865/1870 (voir tableau ci-dessus). Nous savons que notre encadrement est de + ou- 10 ans. Nous avons donc un spectre de recherche qui s’étend de 1860 à 1880.

2/ – Nous sommes, dans notre exemple, encore dans un espace de recherche où les tables décennales existent en principe… Il sera donc aisé (enfin tout est relatif !) de chercher notre ancêtre sur deux décennies. Cela aurait été plus difficile si nous cherchions quelqu’un née autour des années 1742 et 1763 où l’état civil n’était pas constitué et qu’il faille chercher dans les registres paroissiaux avec tout ce que cela suppose d’illisibilité et de manque d’organisation archivistique. (Nous reviendrons plus tard dans un autre article sur la méthode de recherche dans les registres paroissiaux)

3/ – Cela suppose que l’on sache où chercher. Il est donc primordial en généalogie d’avoir le réflexe de suivre à la trace les lieux (et attention aux homonymies !) des grands moments de vie de nos ancêtres. Lieu-dit, village, département, canton, paroisse, voire adresse, si on la repère dans un document, sont des indices précieux et incontournables de la recherche. Sans eux la recherche ne peut se faire.

4/ – Il est important aussi de pondérer les recherches par la tradition familiale. En effet, il est avéré qu’il y a de fortes probabilités pour que la mère et la fille se marient à peu près au même âge à plus ou moins 5 ans. Pour être plus clair, il est rare que la fille se marie à 16 ans et que la mère se soit mariée à 35 ans. (Sauf exceptions qui confirment la règle, bien sûr !). Donc dans notre exemple, si nous n’avons pas trouvé la date de naissance de la grand-mère du de cujus, par la première méthode de l’encadrement, nous allons chercher son acte de mariage. Ce sont les actes les plus complets et n’oublions pas les publications de mariage qui peuvent aussi donner des informations sur la commune de la jeune épousée. Il y a ainsi de fortes chances de retrouver au moins son lieu de naissance.

5/ – Si les éléments recueillis sont insuffisants pour orienter les recherches, il faudra appliquer une « méthode de contournement », c’est à dire dériver sur la recherche de tous les enfants de l’ancêtre recherchée pour trouver les indices de son âge dans l’acte de mariage d’un ou plusieurs de ses enfants, prendre en considération son éventuel décès notifié ou tout autre élément qui nous permettrons de cerner les trois grands moments de vie de cette aïeule.

… et je vous le rappelle en généalogie… Les actes, les actes et encore les actes avant tout !

Dans le prochain article nous étudierons la recherche d’un acte de décès.

Cliquez ICI pour revenir aux articles du blog

 

Laisser un commentaire